«La jeunesse et le travail: vous êtes inspirants!»

«La jeunesse et le travail: vous êtes inspirants!»

Temps de lecture: 3 minutes

Juillet est maintenant arrivé et, avec juillet, les emplois d’été pour les étudiant(e)s. Même qu’une grande majorité d’entre eux est déjà en poste dans un emploi estival.

Je vous raconte une anecdote. À la mi-juin, j’étais en file à la caisse d’une station-service lorsqu’une jeune femme de 17 ans est arrivée pour y laisser son cv afin d’y travailler. En tant qu’entrepreneur et employeur, j’ai été attentif aux détails, à sa façon de se présenter, à ses propos, à la réaction et l’accueil de la caissière en poste qui l’a reçue.

Ce sont des détails, mais ils sont importants!

Et je n’ai pu faire autrement que de constater à quel point cette postulante était brillante, qu’elle se présentait mieux à un employeur que bien d’entre nous le faisaient à son âge. Cette jeune femme rayonnait malgré son inexpérience. Bien sûr, l’innocence de ses 17 ans se devinait dans son langage corporel et oral; c’est tout à fait normal. Mais j’avais un respect et une admiration pour cette étudiante qui osait frapper à une porte pour offrir ses services, pour se faire une place au sein de notre communauté de travail, pour intégrer (fort probablement) le marché avec un premier emploi. Pourtant, il ne s’agissait de sa part que d’un geste bien banal que nous avons tous accompli à un moment donné.

Évidemment, c’est mon regard sur ce geste qui a changé avec la vie, avec mon expérience et avec ce que je sais aujourd’hui du marché du travail.

Et puis, deux semaines plus tard, je me rends à une station-service de la même bannière, tôt le dimanche matin. Une dame d’un certain âge est là, à la caisse derrière le comptoir, comme à tous les dimanches matin. Je la questionne (elle jase allègrement avec tous ses clients) et elle me dit qu’elle est là parce qu’il est difficile de faire lever nos jeunes d’aujourd’hui pour travailler tôt. L’envers de la médaille!

Qu’à cela ne tienne. Je refuse de catégoriser ou de généraliser.

Bien sûr qu’il y a des exceptions partout, mais je trouve notre jeunesse fougueuse et inspirante. Je la trouve beaucoup plus allumée qu’à mon époque, d’autant plus qu’elle doit se débrouiller dans un contexte social immensément plus compliqué qu’il y a 30 ou 40 ans. Cette jeunesse a des choses à m’apprendre et je l’admire.

D’ailleurs, notre agence collabore, depuis une quinzaine d’années, été après été, avec des stagiaires en communication de l’UQAM et de l’Université de Montréal dans le cadre des Internationaux de tennis junior Banque Nationale de Repentigny.

Cette expérience est aussi enrichissante pour ces stagiaires que pour les membres de notre équipe (voir la photo prise lors de la visite du premier ministre du Québec et député de L’Assomption François Legault dans le cadre de la finale masculine du tournoi, en 2019). Ils sont heureux d’avoir la chance de mettre en pratique ce qu’ils apprennent sur les bancs d’école et c’est pour nous l’occasion de tirer profit de cette jeunesse et, surtout, de constamment nous surpasser; ce qui est très gratifiant!

À tous nos ados, étudiant(e)s et jeunes adultes, bon été au travail. Bon succès. Vous allez réussir! 

5 avantages de faire équipe avec des jeunes :

  • Ils ont le goût d’apprendre;
  • Ils n’ont peur de rien; ils ont toute la vie devant eux;
  • Leur fougue est une source d’inspiration;
  • Ils nous poussent à nous surpasser; l’idée étant que l’élève un jour dépasse le maître;
  • Un bon mélange d’expérience et de jeunesse est bénéfique, peu importe le secteur d’activité.