Une infolettre, une corvée et une dépense superflue?

Une infolettre, une corvée et une dépense superflue?

Temps de lecture: 2 minutes

Non! C’est plutôt un investissement essentiel dans le dialogue avec les citoyens. L’infolettre est un outil d’information générale complémentaire aux autres publications sur les réseaux sociaux ou sur votre site Internet.

Clés de la réussite?

  • La fréquence : minimum à chaque mois
  • L’attrait graphique : attirer l’attention et le goût d’aller plus loin
  • Une information claire, courte et percutante

 

Teaser attrayant et informatif pour créer l’attente du prochain numéro

  • Toujours y ajouter les liens pour votre site Internet et offrir ainsi plus de détails si requis

 

Nous pouvons vous assister :

  • Services graphiques
  • Services de rédaction
  • Stratégie globale

 

 

Consulter ou informer, à vous de choisir!

Consulter ou informer, à vous de choisir!

Temps de lecture: 2 minutes

Vous invitez de bonne foi les citoyens à une assemblée publique de consultation sur le projet X. Vous êtes très bien préparés. En réels professionnels que vous êtes, vous avez fait vos devoirs.

Or, les citoyens ressortent de l’assemblée mécontents, en disant : « Tout est arrangé d’avance. Au fond, on n’a pas notre mot à dire. »

Pourquoi cette perception négative?

Erreur dans l’invitation.

C’est une assemblée d’information que vous avez lancée, pas une assemblée de consultation. Vous avez créé des attentes inassouvies!

– Assemblée de consultation :

1. Sondages ciblés ou généraux

2. Tables rondes de consultation en amont d’un projet

– Assemblée d’information :

Où en sommes-nous rendus dans l’évolution du projet, considérant ce que vous avez exprimé lors des consultation?

Évitez les pièges. G5 Communications peut vous consulter adéquatement!

 

Minutie et rigueur: les éléments clé d’une opération média réussie!

Minutie et rigueur: les éléments clé d’une opération média réussie!

Temps de lecture: 3 minutes

En novembre dernier, G5 Communications a collaboré avec la Fondation de l’hôpital Santa Cabrini à Montréal et, du même coup, avec la Fondation Artruisme.

Nous avons eu le plaisir et le privilège de s’occuper de la gestion des communications du lancement de son programme de prescription d’art-thérapie au service de la santé mentale, via le site web art-prescription.org.

J’ai animé la conférence de presse. 

Huit personnes, dont cinq médecins spécialisés, prenaient la parole.

En temps normal, c’est beaucoup trop d’allocutions pour une seule conférence. Mais, chaque spécialiste abordait un angle spécifique du projet, propre à son champ de compétence.

Grâce à notre expérience et notre expertise, la conférence (et le lancement du projet) a été un vif succès!

Voici le témoignage de notre client.

« Efficacité et souci constant du client! Voilà comment je décris le travail de G5 Communications, à qui nous avons confié la gestion et la coordination des communications de notre projet pilote Art-Prescription, une première au Canada, impliquant de nombreux spécialistes et élites de la santé. Nous n’avions pas le droit de nous tromper ou de rater notre cible. Grâce à G5, notre conférence de lancement et nos relations médias ont été un succès retentissant sur toute la ligne! L’équipe de G5 connaît sa matière et sait se démarquer. Merci, G5. Nous collaborerons sur d’autres projets! »

– Dr Giuseppe Mazza – président de la Fondation Artruisme, Fondation de l’hôpital Santa Cabrini

 

Décembre : les fêtes, la reconnaissance, les remerciements!

Décembre : les fêtes, la reconnaissance, les remerciements!

Temps de lecture: 6 minutes

 

Au risque de me répéter, l’Humain, avec un grand H, est important au sein de l’agence. Les bons services professionnels et la capacité de se distinguer des autres partent de là.

Bien sûr, tout au long de l’année, je vous ai relaté des anecdotes, raconté des histoires de mon parcours professionnel, de mon vécu. Ce décembre ne fait pas exception. La Coupe du monde FIFA, en cours (jusqu’au 18 décembre) au Qatar, me rappelle la dernière Coupe du monde, celle de 2018 en Russie, que j’ai eu le privilège d’annoncer et d’animer, sur place, à Rostov. Elle me rappelle aussi le Championnat mondial de gymnastique que j’ai animé, la même année, à Doha au Qatar. Ce sont des moments sublimes, inoubliables.

Mais c’est de l’Humain que j’ai envie de vous parler en ce mois de décembre.

Décembre, c’est Noël, c’est les fêtes, c’est le retour de ce moment où on retrouve notre cœur d’enfant. C’est une période où on se permet une pause, d’alléger le travail pour faire place à la magie, à l’imaginaire, aux rencontres, aux festivités. Place à la famille, à l’Humain. Se rappeler qu’il n’y a pas que le travail dans la vie.

Je rends grâce à la vie pour le travail que nous recevons, l’équipe de G5 Communications. 

Je remercie les artisans de notre succès, ceux et celles qui contribuent à notre épanouissement tout au cours de l’année, qui sont là pour vous servir et répondre à vos attentes et vos besoins.

Louise Bourget, notre directrice des communications et chargée de projets. Louise est d’un appui inconditionnel et d’une générosité sans limite, sans parler de ses idées de génie, de sa créativité et de son sens aigu de l’initiative.

Jean Chartrand, notre conseiller senior et formateur. Jean et moi nous connaissons depuis le milieu des années 90. Nous avons travaillé ensemble à la télé et à la radio. Jean est l’un des communicateurs les plus allumés et efficaces que je connaisse.

À ce noyau se greffent de précieux collaborateurs.

Par exemple, celui qui a dessiné les caricatures qui ont accompagné les textes de blogue cette année, Sylvain Potvin. Un ami d’enfance et du secondaire. Très jeune, le talent fou de dessinateur de Pots (prononcé Pottsss) crevait les yeux. Son rire et sa bonne humeur étaient contagieux (et le sont toujours), son don pour le sens de la caricature, inné et aiguisé.

Michel Goudreau, mon maître à penser et le sage de l’équipe, avec ses judicieux conseils, sa vision unique et son expérience inestimable. Marie-Danielle, une ex-stagiaire des Internationaux de tennis junior de Repentigny, qui fait pour nous du travail de montage graphique remarquable. Arianne, aussi stagiaire au tennis, qui anime. Nicolas, notre as numérique à tout faire. Martin et Alexandre, qui manient la caméra, l’image et le montage comme personne d’autre. Et bien d’autres.

G5 Communications, c’est toute une équipe d’artisans profondément humains, à votre service. Je leur en suis immensément reconnaissant, et en leur nom, au nom de toute l’équipe, je vous dis merci et je vous souhaite de très joyeuses fêtes!

Christian Gauthier
Président et conseiller senior
G5 Communications

Novembre, le mois des morts… mais les morts m’ont appris à bien vous servir!

Novembre, le mois des morts… mais les morts m’ont appris à bien vous servir!

Temps de lecture: 6 minutes

 

Non mais, quel titre bizarre, pour ne pas dire morbide. Avouez! D’ailleurs, pourquoi désigne-t-on novembre comme le mois des morts? Depuis mon enfance, j’entends cette expression. Et puis, sans faire de recherche, j’ai accepté, comme vous tous probablement, que novembre est en effet le mois des morts. Comme une convention. On est tous dedans et c’est comme ça.

Mais, curieux de nature, j’ai découvert que novembre fut jadis proclamé le mois des âmes du purgatoire et approuvé par le pape Léon XIII en 1888. Depuis, l’église catholique officie le 1er du mois comme étant la Toussaint, un hommage à tous les saints, et le 2e étant le jour des Morts, consacré à la commémoration des trépassés. On a beau avoir déserté nos églises et le clergé, certains pans de notre héritage chrétien nous collent à la peau et cette expression reste dans notre langage.

Où veux-je en venir exactement? Accouche, Gauthier, qu’on baptise (encore ce langage)!

Voyez-vous, dans une autre vie, j’ai été directeur de funérailles. Oui, j’ai côtoyé les morts et la mort. Lugubre, dites-vous? Pantoute. J’ai vu les plus belles églises de Montréal et de ses environs, et entendu les plus magnifiques chants choraux, les pièces d’orgue les plus majestueuses. Je m’en confesse (encore ce langage), je suis un mélomane fini. Chaque occasion de musique est bonne, même des funérailles. Surtout des funérailles. Un requiem bien senti me transporte dans une autre dimension. Non, je ne fume rien et ne consomme aucune drogue.

Bref, tout ça pour en arriver au titre de ce blogue. 

La mort, les morts m’ont appris à bien vous servir. En effet, c’est comme directeur de funérailles que j’ai réellement appris l’importance du service à la clientèle, de l’importance et la singularité du client. Et ça, c’est vous.

Lorsqu’un proche décède, on devient un client potentiel.

À quelques exceptions près, on voudra des funérailles, un service. On a besoin d’être pris en charge, et à plus forte raison parce qu’on est en situation de vulnérabilité, parce qu’on est blessé, parce qu’on est en deuil. Et c’est ici que bien servir le client, être à l’écoute de ses besoins, ses attentes, son état, prend tout son sens. Chaque veuve ou veuf veut un service unique, qui lui ressemble ou qui ressemble au défunt. L’écoute, la compréhension du cœur et des mots, la compassion sont essentielles pour faire de ce client la personne la plus comblée, malgré les circonstances difficiles et douloureuses.

Assez parlé de mort et de funérailles.

Vous avez compris que cette expérience que j’ai acquise chez les morts, je la mets en pratique chez vous et pour vous, les vivants, aujourd’hui. Nous, chez G5 Communications, avons à cœur ce souci constant de vous rencontrer, de vous écouter, de sentir vos besoins et attentes et d’y répondre selon vos goûts et préférences. Ce que j’ai appris en matière de service à la clientèle comme directeur de funérailles jadis nous sert et vous sert aujourd’hui. Et ça marche!

Comme le dit notre slogan, nexum elit nostris! Vade in pace.

Christian Gauthier
Président et conseiller senior
G5 Communications

Octobre… souvenir d’un moment!

Octobre… souvenir d’un moment!

Temps de lecture: 6 minutes

Dans la foulée de la thématique de l’année, soit de vous raconter, à chaque mois, une anecdote ou un souvenir rattaché à mes expériences professionnelles, je me permets de vous raconter… un moment, en ce mois d’octobre.  

Ce moment s’appelle Epke Zonderland. Qui? Quoi? « Ça sort d’où ça? », vous dites-vous probablement. C’est que, voyez-vous, je suis convaincu que pour 99,9 % d’entre vous, ce nom vous éclaire autant que si je vous parlais en mandarin.

Le travail nous amène parfois à vivre des moments singuliers, spéciaux, des instants magiques et mémorables. 

Pour moi, Epke Zonderland est exactement ça. Reculons de quatre ans. Octobre 2018, Doha, au Qatar. J’anime les Championnats mondiaux de gymnastique artistique, pour une deuxième année de suite. L’année précédente, en octobre 2017, c’est au Stade olympique, à Montréal, que ça se passe.

2018, donc.

Nous sommes au Centre Aspire, à Doha. Un complexe sportif élite multifonctionnel dernier cri, lieu de cette importante compétition internationale regroupant les meilleurs gymnastes de la planète. Un nom est sur toutes les lèvres, Zonderland. Ce gymnaste des Pays-Bas est surnommé le Néerlandais volant, tellement il survole les appareils lors de ses numéros. Un surdoué, comme j’en aurai la preuve. Ma collègue et analyste, ancienne entraîneur de haut niveau, m’explique pourquoi je dois le surveiller et ne pas cligner des yeux lorsqu’il s’exécute, particulièrement à la barre horizontale.

Arrive ce moment tant attendu. C’est au tour de Zonderland de s’offrir en spectacle à la barre horizontale, la routine qui, potentiellement, fera de lui le médaillé d’or de ces championnats du monde. Et puis, c’est moi qui ai le privilège de l’annoncer, de le présenter à la foule et… à l’humanité (les réseaux de télé majeurs de la planète diffusent, sur place). Je m’exécute, je le présente. « Now stepping up to the horizontal bar, the 2012 olympic gold medalist, from the Netherlands, Epke Zonderland » (je suis là comme annonceur anglais).

L’annonce de son nom se perd dans le hurlement sourd de la foule partisane et conquise.

Et puis, l’activité sur les autres appareils ailleurs sur le plancher de l’amphithéâtre cesse (la compétition se déroule simultanément sur 5 ou 6 appareils). Tous veulent voir le phénomène Zonderland à l’œuvre.

La suite ne déçoit personne. J’assiste, aux premières loges, à une démonstration de force, d’agilité, de cohésion, de concentration et d’exécution sans bavure et d’un niveau dont je n’ai jamais été témoin auparavant, du moins pas en personne. Un 90 secondes de pur bonheur, éblouissement et extase devant tant de qualité. TOUT est plus! Zonderland est plus fort, survole plus haut, effectue ses manœuvres plus rapidement et il est plus précis que n’importe qui au monde. La barre travaille sans bon sens. Il est dans sa bulle, dans son monde. Mais il nous transporte dans son monde pendant ces 90 secondes. Il y a de quoi de magique de voir de si près la perfection, à ce niveau top-mondial.

J’ai beau vous le décrire, vous le raconter, jamais je ne pourrai vous le rendre avec justesse. Zonderland, ça ne se dit pas, ça se vit.

Voilà cet instant magique que me rappelle le mois d’octobre. 90 secondes d’évasion qui valent, à elles seules, le voyage et l’expérience! Ah oui… il a remporté la médaille d’or.

Christian Gauthier
Président et conseiller senior
G5 Communications